Ecopia dans la presse

L’envers du décor

La structure Ecopia, financée par le Conseil Général et le Fonds Social Européen, accompagne projets collectifs et artistes isolés. Carole Joulin et Nicolas Jaumain l’animent. La réalité sociale des artistes, ils la connaissent très bien. (…)« Nous accueillons 40 % de musiciens, 40 % de plasticiens, auxquels s’ajoutent les métiers de lettre, du graphisme, de la bande dessinée, la condition étant d’être bénéficiaire du RSA. Nous leur apportons une aide juridique et les aiguillons vers les meilleurs interlocuteurs ou familles artistiques. Au préalable, nous évaluons avec eux la viabilité économique de leurs projets.Ce n’est pas simple car l’argent est encore tabou dans les milieux culturels. Il existe un décalage important entre la représentation sociale de l’artiste, valorisante, et sa situation économique réelle. Un bon peintre peut aussi être incapable de parler de son travail et de le vendre… Nous sommes là pour les aider à développer d’autres compétences, à trouver l’équilibre ».

Tours Infos – Octobre 2013
Télécharger le pdf

Ecopia : Kezako ?

Une asso très sérieuse qui conseille et accompagne des artistes, des acteurs culturels, des entreprises ou des associations du secteur culturel. (…) .
A l’occasion d’un rendez-vous mensuel, musiciens, plasticiens ou auteurs font ici un état des lieux, acquièrent des informations de base (statut, SACEM, diffusion…) et sont suivis sur leur projet : celui-ci est-il fiable ? Quelle piste à développer pour l’enseignement ?
Au-delà du « public RSA », ECOPIA aide à la mise en réseau, informe sur les dispositifs d’accompagnement (…), dispense des tas de formations : intermittence et droits connexes, concevoir et proposer des ateliers pédagogiques, organiser une exposition, le métier de tourneur… « Il y a la Chambre des Métiers et la Chambre de Commerce ; ECOPIA c’est un peu la mini Chambre des Artistes »

Magazine Parallèles – mai/juin 2013
Télécharger le pdf

Le monde de la musique ça ne s’invente pas.

L’organisme d’accompagnement de porteurs de projets artistiques Ecopia héberge les Formations d’Issoudun cette semaine. Une première.
… Dans les locaux de l’organisme de conseil et d’accompagnement aux porteurs de projets culturels et artistiques Ecopia, dans le quartier Courteline à Tours, les stagiaires planchent et tentent d’appréhender les méandres du monde de la musique.
… « Ici, au quotidien, on est amené à suivre des musiciens, des plasticiens, des illustrateurs, des graphistes.. tous porteurs d’un projet individuel. Tous ont les mêmes interrogations, les mêmes problématiques. C’est donc bien de pouvoir apporter des éléments de réponse collectivement. »

Nouvelle République – 29/11/2012

Télécharger le pdf

ECOPIA épaule tous les artistes en devenir

Projets individuels, réinsertion, aide aux associations, l’association ECOPIA renforce son action auprès des expressions artistiques
La vie d’artiste, c’est une belle image. Mais c’est aussi un drôle de métier. (…) Il ne suffit pas à un plasticien de créer avec talent, pour connaître, comment et où on expose, et à quoi on s’expose. La méthode d’Ecopia : placer chaque porteur de projet en état de pouvoir bientôt se débrouiller dans les méandres juridiques, associatifs, commerciaux, et bien d’autres choses qu’il n’imagine pas. Arnaud Lantoine, longtemps conseiller à l’ANPE, a créé ECOPIA en 2004 avec une méthode bien à lui : « Plutôt que de prendre des formateurs et les initier aux domaines artistiques, j’ai préféré aller chercher des artistes et professionnels de la culture, et les former à l’accompagnement ». La formule en tout cas semble efficace, et les partenaires sont sérieux (…). Entre ses accompagnements, ses journées de formation, de nombreux entretiens individuels, ECOPIA rayonne avec ses antennes dans le Loir-et-Cher et l’Indre-et-Loire.

Nouvelle République – 10/02/2009
Télécharger le pdfNouvelle-République-Fev-2009